IN MEMORIAM

  
Le Conseil départemental rappelle le souvenir des confrères dont nous avons appris le décès.
Cet article est ouvert à tout médecin qui, pour des raisons personnelles, affectives ou professionnelles, souhaite évoquer le souvenir ou rendre un dernier hommage à un confrère disparu.

 

Les hommages
Les confrères disparus

Hommage au Docteur Jacques DU CAILAR

 

Le professeur Jacques du Cailar nous a quitté le vendredi 13 juillet 2018.

Jacques du Cailar est né le 23 Mai 1926 à Saint Hyppolyte du Fort, dans ce Gard protestant et rude qui a parfaitement forgé sa personnalité. Il se maria le 15 juillet 1947 à Saint Hyppolyte du Fort avec Aline Faucher dont il eut trois enfants Claude, chirurgien vasculaire, Dominique sa fille et Guilhem, médecin interniste et cardiologue.

Comme son illustre ainé Arnaud de Villeneuve, il alla faire ses études de médecine et son internat à Montpellier. Homme de devoir et de combat, il se lança le défi de la mise en place d’une nouvelle spécialité : l’Anesthésie-Réanimation. Pensez donc, au début des années 50 moins de 25 médecins indépendants pratiquaient l’anesthésie. Dans la suite immédiate des Jean Lassner, Ernest Kern, Guy Vourc’h et Jean Baumann, il travailla sans relâche à faire reconnaître la spécialité. L’anesthésie-réanimation devint spécialité médicale en 1966. Nommé professeur agrégé, il créa une des plus excellente école d’anesthésie-réanimation française, avec un Certificat d’Etude Spécialisé très recherché par les étudiants. Père de la neuroleptanalgésie qui participa au succès de l’anesthésie intraveineuse puis de la protection du système neurovégétatif du patient en per-opératoire, avec Laborit et Huguenard, il fût un des vrais acteurs de la reconnaissance de la spécialité par les chirurgiens et la faculté de médecine. Ceci est parfaitement relaté par Aimé Julia, dans son traité de médecine raisonnée, qui disait de lui : « Dans les années 50 l’apparition à Montpellier des premiers appareils d’anesthésie en circuit fermé, passionnément « bricolés » par Jacques Du Cailar, a apporté une très importante amélioration aux  statistiques de la chirurgie viscérale et autorisé des ouvertures nouvelles vers la chirurgie thoracique, la chirurgie vasculaire, la neurochirurgie, la chirurgie osseuse... »

Il fût très actif dans le développement scientifique et organisationnel national de la spécialité, par le biais de la société française d’anesthésie-analgésie puis de la SFAAR qui devint la SFAR en 1981. Homme du service public hospitalier, il mit toute son énergie au service des patients dont il avait la charge en tant qu’anesthésiste-réanimateur, chef de département et président de CME. C’était un homme de devoir, de parole et un « patron » remarquable. Parmi ses élèves directs, tous les hospitaliers, hospitalo-universitaires et chefs de département des CHU de Montpellier et Nîmes ont toujours tenté d’en assurer la filiation professionnelle.

Merci pour tout Monsieur.

Docteur Xavier Capdevila

Professeur à l’UFR de Montpellier

Chef du Pôle Urgences du CHU

Président de la SFAR  


 

Hommage au Docteur Françoise BALMES

Faire ses adieux est un art difficile que le cœur se refuse obstinément à apprendre. Chaque nouvelle perte engendre un nouveau sentiment d’oppression : le départ du Docteur Françoise BALMES m’a troublé et bouleversé profondément.

Elle était à la fois Hannah Arendt pour sa détermination, Simone de Beauvoir pour son engagement, Simone Veil pour sa pugnacité. Avec elles, elle incarnait le génie féminin fait à la fois de tact, d’endurance et d’amour. Ensemble, elles agissaient en singularité novatrice pour modifier profondément la condition féminine.

Une grande dame s’est éteinte : son professionnalisme indiscutable, rehaussé de qualités humaines empreintes de générosité et de sincérité, a toujours forcé l’admiration. L’éminente maïeuticienne qu’elle nous a enseigné l’art « d’accoucher les esprits pour mieux accoucher les corps ».

Hommage doit être rendu à cette femme de conviction pour l’œuvre qu’elle a accomplie dans l’essor et l’épanouissement de la gynecologie et de l’obstétrique montpelliéraines.

La voilà à présent ombre parmi les ombres. Notre affection reconnaissante l’accompagne tandis que, désorientés, hagards, nous tendons en vain nos mains qui retombent impuissantes à la retenir.

Adessias Françoise.

Docteur Joël SOUSSANA.


 

Hommage au Docteur Alain BAKHOUCHE

Si mes maîtres de la Faculté m’ont surtout apporté les connaissances et la science, le Docteur Alain BAKHOUCHE m’a appris que la médecine s’exerce aussi comme un art. Il faut pour cela des qualités humaines ; il les avait et elles ont fait de lui un médecin compétent et passionné, donnant ses soins en toutes circonstances, sans tenir compte des origines des uns et des autres.

Ses qualités de cœur, et sa voix douce qui rassurait les patients, ont fait de lui un médecin à tous les sens du terme.

Il a débuté son exercice en Algérie dans des conditions difficiles, avant d’arriver à Montpellier dans un cabinet qui très vite n’a pas désempli, ses patients lui étant très attachés. Dès mes premiers remplacements, il y a une vingtaine d’années, j’ai été impressionné par sa façon humaine d’aborder les malades.

C’était un médecin calme, constant même dans les situations les plus embarrassantes, dévoué, attentif, au diagnostic juste et précis, répondant toujours présent. Il m’a honoré de sa confiance en me choisissant pour lui succéder.

Très courageux et n’écoutant que son désir d’être utile, Il a travaillé malgré la maladie et, quelques semaines avant sa disparition, il donnait encore des consultations au Centre de Santé Paul Valéry.

Comme il savait tout concilier, sa vie familiale n’a pas souffert de son activité débordante : son épouse Béatrice, brillante universitaire et ses trois enfants, Fabrice, David et Sébastien ont eu une réussite professionnelle qui l’a comblé. Je pense à eux et leur dit toute mon affectueuse sympathie.  Je garderai le souvenir vivant de ce grand médecin.

Docteur André VIVOLA

 

Hommage au Professeur Henri MICHEL

Le Professeur Henri MICHEL est décédé en cette fin Janvier après un long combat contre la maladie qu’il a mené avec courage et discrétion. D’autres, mieux qualifiés que moi retraceront sa brillante carrière médicale, depuis l’internat des Hôpitaux en 1958 à ses fonctions universitaires et hospitalières. Il a donné un élan à la gastroentérologie montpelliéraine la faisant connaitre partout en France et au-delà. Mais c’est surtout l’homme passionné, l’artiste et l’ami fidèle que j’évoque.

Passionné, il l’était dans son activité quotidienne de médecin au service des patients. Il l’était dans la recherche et avait mis toute son énergie dans le combat qu’il menait pour faire connaître l’hémochromatose, pathologie qu’il a contribué à diagnostiquer et à soigner. La Lettre de l’Ordre publiait régulièrement les communiqués de son association.

Artiste il l’était. Il suffisait d’arpenter les couloirs de son service de l’Hôpital Saint Eloi pour de faire une idée de son goût pour la peinture moderne Il estimait que ses patients et son personnel pouvaient partager avec lui des moments d’émotion artistique dans un univers pas toujours très gai.

Je tiens aussi à évoquer l’ami fidèle attaché aux traditions. Depuis plusieurs années il animait le Club des Dinosaures fondé en 1979 par un groupe d’anciens internes de Montpellier dont le Professeur Pierre Bétouilière. Ce Club réunit chaque année pour un repas convivial les confrères ayant été reçus au concours 40 ans et plus auparavant. Il avait pris la suite des Professeurs Latour, Izarn et Michel Balmès.et nous recevait dans son vaste Domaine du Grand Malherbes à Aimargues. Il me faisait l’amitié d’organiser avec lui cette rencontre annuelle au cours de laquelle nous rajeunissions quelques heures, tant les souvenirs évoqués paraissaient proches. Il y a encore quelques semaines il s’inquiétait de la tenue la fête annuelle au cours de laquelle la promotion 1979 de l’Internat devait être conviée. Et il insistait pour qu’elle ait lieu même s’il n’y était plus me disait-il. Il en sera ainsi.

Le Conseil de l’Ordre des Médecins de l’Hérault salue sa mémoire et adresse à son épouse, médecin dermatologue et à ses enfants ses plus vives condoléances.

Docteur Marcel DANAN

2019


Docteur Daniel FOUCAUD
né le 24/02/1942 – décédé le 14/02/2019
Professeur Henri MICHEL
né le 21/02/1931 – décédé le 24/01/2019
Docteur André SENEGAS
né le 07/11/1927 – décédé le 23/01/2019
Docteur Hélène THALER
née le 20/01/1932 – décédée le 07/01/2019



2018


Docteur Bouasria BEN DJERBA
né le 21/01/1932 – décédé le 22/07/2018

Docteur Alain BAKHOUCHE
né le 10/11/1939 – décédé le 08/09/2018
Docteur Françoise BALMES
née le 30/10/1932 – décédée le 09/06/2018
Docteur Maurice BITAR
né le 05/10/1930 – décédé le 18/10/2018
Docteur Patrick CABANEL
né le 02/10/1953 – décédé le 09/06/2018
Docteur Jeanne-Marie CAUSSE SANTORO
née le 30/08/1950 – décédée le 13/11/2018
Docteur Michel DELMAS
né le 26/04/1935 – décédé le 05/08/2018
Docteur Pierre DAVY
Né le 29/06/1926 – décédé le 16/072018
Professeur Jacques DU CAILAR
né le 23/05/1926 – décédé le 12/07/2018
Docteur Louis GOURGAS
né le 02/05/1922 – décédé le 07/09/2018
Docteur Anne GRANIER
née le 23/12/1975 – décédée le 08/09/2018
Docteur Bernard ICHER
né le 21/04/1947 – décédé le 06/10/2018
Docteur Claire JEAN
née le 21/08/1934 – décédée le 26/10/2018
Docteur André JEAN
né le 21/03/1931 – décédé le 28/10/2018
Docteur Anne LABAN
née le 06/04/1937 – décédée le 06/07/2018
Docteur Jean-Pierre LAMARCHE
né le 22/10/1943 – décédé le 17/04/2018
Docteur Madeleine MAS
née le 25/05/1928 – décédée le 30/03/2018
Docteur Khanh NGUYEN DUY
né le 07/04/1954 – décédé le 24/07/2018
Professeur Michel ROSSI
né le 09/07/1943 – décédé le 26/11/2018
Docteur Lucien SIMON
né le 07/02/1930 – décédé le 13/09/2018